Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 12:52

Un jour de cet été, Mr S, mon ami micro-rasta, était dans mon jardin. Nous devisions sous le soleil du Sud-Est avec mes nains gesticulant autour de nous.

Les voyant agir plusieurs longues minutes, il stoppait notre débat et me sortait à froid : « Mais c'est des punk tes mômes … Des no future men ... ».

Il est vrai qu'au moment des faits ma fille venait de tomber toute habillée dans une bassine d'eau sale et mon fils venait de ruiner mon potager à coup d'eau de piscine javellisée …

Amusée, je ne lui répondais que par un sourire … Le mot était bon mais le propos un peu excessif …

 

Mais ce mercredi, j'ai compris qu'il avait raison. Et pis encore, c'est génétique … La punkitude est gravé dans l'ADN de la famille.

 

En effet, hier, ma fille était conviée à un anniv'. La thématique était « princesse ».

Cependant, d'un point de vue pratique, ma femme était partie à Paris et mon fils avait foot à peu près au même moment. J'étais donc dans une gestion mode course …

 

Sur le coup des 15h07, nous arrivions rue E Herriot en direction de Ouimum's – un salon de thé un peu prout pour que les mamans se la coulent douce pendant leurs enfants soient gérés dans une ambiance bobo-magique.

 

Lilou galopait à mes côtés, elle était déjà habillée en princesse (des neiges précisément). Zéph' lui speedait aussi, sac de foot sur le dos et sur-chaussures à roulettes qui font des tas de lumière aux pieds. Nous avions quelques minutes de retard, mais rien de grave.

 

Enfin devant le salon de thé, une gigantesque porte automatique se présentait devant nous. Au bout de quelques secondes d'attente, rien ne se passait. Dans mon speed, j'en concluais que j'avais mal compris et que la porte n'était pas automatique. Je poussais dessus pour comme un âne …

 

C'est dans un hurlement de troll émasculé que la propriétaire se pointait devant la porte pour m'obliger à arrêter mes conneries. Dès que je le fît, la porte glissait vers la gauche et nous laissait l'espace pour entrer. Chose que nous fîmes sous le regard courroucé de la patronne et des clients (dont nombre d'entre eux étaient des parents de l'école de ma fille).

 

Même pas honteux, je demandais à la capitaliste stressée de me dire ou me rendre pour la fête … Prenant sur elle, elle m'indiquait l'étage dans un sourire crispée. Embarquant mes nains, je me dirigeais dans la direction indiquée.

 

Durant la montée à l'étage, je ramassais ma fille toutes les trois marches car celle-ci n'est pas habituée aux robes longues. C'est donc sous le regard halluciné des enfants et des parents présent que nous franchissions la dernière marche.

 

Après le réglage des éléments pragmatiques avec la mère inviteuse, je me tournais vers ma fille. Je m'embrassais la main, lui lançais un bisou imaginaire et ajoutais : « Bise ma princesse … Eclates-toi bien ».

Derrière ma fille, se trouvait l'animatrice de l'anniversaire (elle aussi déguisée en princesse), elle répondait juste « oui ».

 

Taquin, je me décidais de tenter la petite vanne. Regardant l'animatrice j'ajoutais : « non, mais c'est à ma fille que je parlais ... »

Me jetant un regard glaciale, elle répondait : « j'avais compris ». Bon … Pas super bien passé comme vanne …
Avant de me faire étriper et d'être en retard au foot, je me décidais à partir vite avec mon fils …

 

Zeph' n'avait pas quitté ses roulettes, la descente de l'escalier n'en était que plus technique. Et des fois quand c'est trop technique, ça part en couille … Et là, paf ! Ça à pas raté.

 

À mi-escalier les deux pieds de mon fils glissaient et il se marravait comme un malade. Dans l'action, il dégageait une statue présente dans les marches. Celle-ci dévalait jusqu'en bas dans un bruit infernal. Je ramassais mon fils (qui n'avait rien – ouf) et la statue (qui n'avait rien – ouf) sous le regard meurtrier de la propriétaire, qui, je pense, commençait à en avoir raz le cul de cette famille qui pète tout en 10 minutes.

 

J'époussetais mon fils et l'emmenais hors de ce lieu avant que nous fassions lapider. Une fois dehors, je ne pouvais m’empêcher de ricaner. Je me tournais vers mon fils : « on est trop keupon pour ce monde mon fils ... »

Partager cet article

Repost 0

commentaires