Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 17:51

 

Moi, Fridrich Maultier*., je suis atteint de Pierrichardise chronique. Cela se traduit dans ma vie par des maladresses, foirades des doigts et autres crises de Parkinson entraînant des brûlures, griffures, ouvertures et autres trucs douloureux que ça pique aïe, aïe … Je rassure tout le monde : ce n'est pas contagieux … Plus fort, je ne blesse que très rarement les autres.

 

Mais ces derniers temps, ma maladie a évoluée. Elle ne tend pas à régresser – ben non, tu penses, elle aurait plutôt tendance à se spécifier.

Je suis maintenant atteint Pierrichardise Podal chronique …

 

En effet, sur les douze derniers mois, je me suis :

  • fendu un orteil et son ongle en chootant dans un barbeuk' posé au sol sous une pile de linge sale (ne posez pas de question dont vous ne comprendriez pas la réponse).

  • Planté une cinquantaine de bous de verre sur l'ensemble des deux pieds, dont certains ont du être retirés grace à la nanotechnologie.

  • Planté l'angle d'une vitre sur le dessus du pied droit en changeant celle-ci dans la véranda, parce que mon grand avait pété la précédente avec un verre de jus (ne posez toujours pas de question dont vous ne comprendriez pas la réponse).

 

Mais je nous garde une poire pour la soif … Ma meilleur de l'année … Ma plus flamboyante … Ma plus en publique …

 

C'était la fête de fin d'année de l'école de ma fille, Bettwolf* **. La « party » se déroulait bien, dans un bon esprit familiale. Nous chourions, quelques familles et la notre, une partie des ticket de tombolas pour nous payer plus de bière, parce qu'animer des stand ça déshydrate …

 

Le taux d’alcoolémie même pas estourbissant, nous regardions cette douce soirée passer entre ricannage, mômes qui chialent, match de foot et enthousiasme pour une éducation d'avant garde.

 

Au alentour de 23h47, peut-être 48 (je suis plus sur …), la Komendenture local nous conseilla de ranger le bordel qu'on avait mis parce que « demain y'a quand même école et faut pas que ce soit le souk ... ». En bon petits soldats de la parentalité, chacun trouvait naturellement la/les taches qui lui incombait. Accompagnant le jeune N, d'au moins dix ans mon cadet, je me retrouvais au rentrage de barbeuk.

 

« Tiens, on va dégager la plaque du dessus en preum's ... ». J’acquiesçais tout en observant la-dite « plaque du dessus ». Une bonne vieille plaque de fonte d'un mètre vingts sur un demi mètre. Une bonne trentaine de kilos tartinée du gras de plusieurs dizaine de mergez.

La plaque était encore chaude et nous constations avec effrois que nous ne disposions que d'une paire de gants de protection.

 

« A une main ça le fait »

 

Je n'avais qu'une confiance modérée dans la croyance de mon interlocuteur. Mais bon, j'allais pas faire mon relou. Empli d'une confiance maltée, je saisissais la plaque. Je me relèvais. Et, …

 

Zip ! … Flop … Bong !!!!

 

Le bong en question était le bruit du choc du monolithe métallique contre mon pied gauche, vétu d'une simple tong : ouille, ça pique chanmax … Une larme perlait au coin de mon œil ...

 

Mais, je me ressaisis immédiatement – nous étions en publique que diable. Je me scotchais vaguement un sourire bricolé à la hâte et je reprenais ma plaque … à deux mains !

 

Je finissais la soirée comme un vrai héros de guerre : digne et discret. Je ne m'autorisais à boiter et à hurler que quand j'étais sur de ne pas être entendu. Depuis mes deux pieds ne sont plus vraiment frère …

 

Saleté de maladie …

 

* Dans un soucis du respect de l'éthique journalistique occidentale, j'ai changer mon nom et ceux des autres protagonistes pour qu'on ne nous reconnaisse pas …

** ceux qui ont la vanne : BRAVO !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

serrurier paris 23/11/2014 23:28

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

trafic organique 11/11/2014 23:58

On en veut encore traité de cette manière. Merci.