Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 14:14

 

Petit retour sur les vacances familiales sensément reposantes et décontractantes pour chacun des membres de la dite famille.

 

Nous sommes en Savoie.

HOOOOOOOOOOOOOOOOOOO … Le ravissement de la marmotte gambadant à qui mieux mieux avec le bouquetin dans les verts pâturages à 40% d'inclinaison …

Bref, de la vacance qui fait du vert, qui fait de la nature et qui ne se noie pas sous la masse graisseuse et protéiforme du vacancier de bord de mer.

 

Mais qui dit vacances, pour tout nain normalement constitué, dit copains de vacances ! Cette année les miens n'en manquait pas.

Ce qui pour les parents revêt un double avantage non négligeable …

 

Primo, il est très rares que les miens trouvent des mômes qui proposent plus de conneries qu'eux à faire à la minute… J'en ai des productifs … La probabilité veux donc qu'ils auraient plutôt tendance à se calmer dans le cadre d'une micro-société de nains. Ben oui, ça débat. Ça flippe de se faire engueuler par des darons plus sévères … Et Lilou et Zéphir l'ont bien compris : s'ils veulent être leader, il doivent, avant tout, être rassembleurs …

 

Ceci amène notre deuzio, qui est loin d'être négligeable. Les déconnades de troupeaux de nains dans un lieux sécurisé permet un allongement – et ceci sans la moindre perte de qualité – du temps d'apéro … Et vas'y fait peter le quatrième verre de vin de Savoie, sans le moindre cri, ni bagarre. Putain que c'est bon !

Pourtant des fois, ça génère des crises qui ne se disent pas leur nom … Et là, faut avoir l'oeil …

 

Un soir que je roulais ma 27éme cloppe pour l'apéro en nous resservant un 12ém verre de vin, la porte d'entrée s'ouvrait et se refermait mollement, sans claquer. Ce qui en soit, aurait du me mettre la puce à l'oreille …

Le regard attendri, je contemplait la fine buée qui se déposait sur le verre au fur et à mesure que je le servait. Quand j'entendais le pouf de celui qui se laisse tomber dans le canapé, je me retournais pour découvrir le nouvel arrivant : Zéphir.

 

Comme je le connais comme si je l'avais fait, je détectais immédiatement une couille dans le pâté. Il avait sa tête triste des mauvais jours … Ni en colère, ni énervé, juste triste à faire pleurer les pierres …

 

Abandonnant mon Savoie frais dans un déglutissement de manque, je me dirigeais vers mon gamin : « Ben, qu'est y'a ?

  • Rien, … Rien, me répondait-il dans un soupir de lassitude.

  • Ben dit moi …

  • Non, y'a rien …

  • Ben j'voie bien qu'y'a un truc … Si tu nous dis pas, comment tu veux qu'on t'aide …

  • Allez …

  • Ben, … Ben, c'est les autres … (10 secondes de blanc) Ils veulent pas que je joue avec eux … Dès qu'ils me voient, ils me disent « dégages ! Dégages ! »

 

J'ai bien cru qu'il allait pleurer à la fin de la dernière phrase … Mon petit cœur tendre de Papa ne pouvait pas en supporter d'avantage. Pourtant il enchaînait :

 

« Y'en a même un, il m'a attrapé par le cou en me criant dessus ... »

Mon sang de Papa ne faisait qu'un tour : « Roudoudjiou de batard de sa mére … Je vais le fumer se mirérable ! ».

 

Mais là, comme par enchantement la lumière divine de l'intelligence paternelle vint me frapper sous l'arcade gauche, coté extérieur … ça pique, mais c'est utile ….

Rangeant couteaux, massues et autres tridents, je me tournais vers mon fils, la main sur l'épaule. Je lui plantais dans les yeux le regard de celui qui sait et qu'est cool … ça rassure toujours …

 

« Moi, je te parie que si tu y retournes en faisant ce que je te dis, ça se passera super …

  • ????

  • Tu sais ce que tu fait avant de repartir ?

  • Non …

  • Tu vas dans ta chambre et tu choppes ton dragon ball n°1

  • Celui qu'est imprimé en japonnais mais qui est en français ?

  • Oui, celui-là … C'est toujours un peu la classe d'être pointu … Et puis prends aussi un Tintin, c'est classique mais efficace … Et puis tant que tu y es, prends un comics, c'est dans l'air du temps

  • Et puis je fais quoi ?

  • Tu prends tes trois bouquins, tu te poses à coté d'eux, tu dis rien et tu bouquines … Tu vas voir tout le monde va se ramener vers toi …

  • Tu crois ?

 

Je confirmais d'un clin d'oeil et retournais à mes verres de blancs, comme pour lui dire que c'était maintenant à lui de jouer. Pendant que je finissais ma tache d'apprentis barman, j'entendais le raffu du Zeph' qui se préparait. Il concluait par un claquement de porte sourd et vibratoire …

 

Revenant auprès de ma douce, sur le balcon. J'avais une position de stratégique pour voir mon fils et ses potes. J'observais les développements, tout en faisant un résumé des épisodes précédents à ma femme.

 

En moins de 47 secondes tous les gosses s'interrogeaient sur ce qu'il lisait et s'asseyaient autour de lui pour en parler. Ça discutait, ça rigolait avec au milieu, mon fils rayonnant.

 

Sourire aux lèvres, je tchinnais avec ma douce pour célébrer cette victoire … Le cœur léger, j'avais pour une fois le sentiment du devoir accompli et bien accompli … J'en arrivais à me croire bon père ...

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Arme11e 09/08/2013 09:33


Tu es 1e fantastique Overdaron!!!(mais c'est jamais bon de dévoi1er son identité, Overdaron...Fais super gaffe aux Overméchants....)

Fred 10/08/2013 14:26



même pas peur ...