Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 22:42

 

 

Le vendredi, à la sortie de l'école, c'est Taekwondo du grand. Alors pendant que Zéphir donne des coups de pieds en sautillant comme un cabri, j'essaie d'occuper la petite et ma pauvre carcasse au alentour de Cinq avenues.

 

Par tradition, nous déposons le Zéph' et partons gaiement en sautillant – nous aussi – comme des cabris, en direction de la boulangerie : Chez Ignés. On s'y régale d'un de mes top 3 de pains au chocolat marseillais.

 

Puis, nous traversons la rue des Chartreux pour un bar tabac un peu glauque, mais avec une belle terrasse. Nous y boulottons notre goûter, en faisant glisser tout ça avec une menthe à l'eau et un café.

 

Ce vendredi ne dérogea pas à la règle. Malheureusement, les mamies volantes qui traversaient la rue, indiquaient un Mistral un poil violent. Nous étions obligés de battre en retraite en salle.

 

À peine la première bouchée avalée et les boissons commandées, Lilou me regarda avec un sourire cacao : « Papa ? … Caca ... ».

« Mais pas de problème ma petite chérie ! J'ai toujours eu un petit kiff pour le démoulage en lieu public ... ».

 

Nous traversions les quelques mètres qui nous séparaient de la porte en miroir ornée d'une pancarte qui vaut max au scrabble : WC.

 

Nouvelle bonne surprise, nous découvrions des chiottes à la Turc. Lilou grimaça vers moi : « Beurk ! … Ch'fais pas caca là ! ... ».

 

Mais non ! Je ne pouvais accéder à cette requête … Ayant déjà connu ce genre de situation par le passé, je savais que ça finissait invariablement de la même manière : a du caca partout et doit évacuer tout le monde en portant dans mes bras avec des sirènes et des gyrophare …

 

« T'inquiètes Lilou … Fais-moi confiance … J'te porte et ça va le faire ... ». Peu confiante, la petite montait dans mes bras, l’œil inquisiteur.

Plié en deux dans l'espace exigu, visant pour que le derche de la petite atteigne son objectif, j'avais l'oeil à 35 cm du trou puant. J'ordonnais immédiatement à mon cerveau de couper les signaux en provenance du nez. Mais fallait pas y passer trois heures, sinon c'était gallack assuré ...

 

Comme par hasard, d'habitude prompte à faire sa petite affaire, elle semblait inhabituellement savourer le moment et prendre son temps. Ça n'en finissait pas !!!

 

Plus le temps passait, plus mes bras et dos presque quadragénaires cédaient sous le poids de la petite … Mon visage se rapprochait de la fosse comme une torture chinoise !!!! Harg !!!!

 

La petite perpétrait des salves sans fin ! … Tenir ! Tenir ! Mais non, que dalle … Horrifié, je voyais le troue noir nauséabond se rapprocher inéluctablement ! … Je pliais ! … Je pliais ! ...

 

Et d'un coup, c'était le drame … Un plouf de trop … Et la giclure me giclait dessus (sur la joue plus précisément) ...HAAARRRGHHH !!!!!

 

Après, je ne sais plus .. Larmes, vomis et collapse ...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires