Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 20:18

 

La vie est paradoxale …

 

Nous avons, a des centaines de kilomètres au-dessus de nos têtes, des satellites capables de détecter au sol un scolopendre à deux centimètres près. En revanche, ma femme, à l’intérieur de sa propre voiture, n'a une précision que de deux mètres cinquante …

 

C'est pourquoi, nous devons changer de garage* … Et comme tout est toujours carré chez nous, on se retrouve avec deux garages pour une voiture et, bien sûr, deux loyers … Ce qui n'est pas jouable, à moins que je ne vende le pied gauche de Lilou sur Ebay.

 

Je deviens donc capillo-toucheur ergonome spécialisé en propriétaire. C'est à dire que je caresse ma future-ex-proprio du garage de la mort dans le sens du poil, pour qu'elle nous laisse partir plus tôt sans que ça me coûte une couille ou un bout de caution …

 

Ce mercredi sans Charline, j'étais missionné pour la mensuration du box, pour que celui d'après soit sûr que son joli bolide s'introduise bien dans ce cube de béton au mètre carré exorbitant.

C'était une demande de la proprio … Mais dans un esprit de « tout le monde il est pote et sympa, alors laisses-moi me casser gratos' », je m'y pliais.

 

Après le repas du midi, je partais avec mon mètre et mes nains pour jouer au géographe d’intérieur.

 

Dans la grande descente principale, je commençais par tacler Zéph' afin qu'il ne commence pas à faire des figures avec ses shoes à roulettes … Puis, j'ouvrais la porte basculante du box et y découvrais le cul de ma turvoi dans toute sa splendeur.

 

Je pouvais donner les instructions : « Lilou ! Interdit de se balader dans le garage, de courir, de se cacher, de faire des blagues, de bouger (sauf si je le dis) et obligation de respirer une fois sur deux.** Et toi Zeph', viens avec moi … J'ai besoin de toi ... »

 

J'avais calmé tout le monde …

 

Nous nous introduisions entre la voiture et le mur. Je posais la petite languette métallique de mon mètre à l'angle du mur côté porte. Puis, j’étirais mes bras au maximum de ce que Dame Nature m'avais fourni.

Je laissais le mètre se rembobiner : Shtung ...Shtung … Shtung … Clak ! Préalablement, j'avais marqué le point le plus éloigné d'un index aiguisé.

J'interpellais mon Zéphir : « Mon Doudou ? … Viens me voir ... »

 

Je lui expliquais ce qu'il devait faire de l'extrémité du mètre que j'allais lui confier. Il avait tout bien compris … Super !

Je commençais à longer le mur tout en déroulant ma bande métallique.

 

Clic ! … Blackout total !

« HHHIIIIIIIII !!!!!! ….. HHHHHAAAAAAA !!!!! ». C'était Lilou qui partait en couille à cause du noir. Putain de minuterie ! …

« Lilou ! Flippes pas ma cocotte ...Appuis sur le bouton … Tu peux pas le rater … Il est allumé vert ... ».

Y'avait rien à en tirer, elle était en transe. En réfléchissant deux secondes, je comprenais l’ineptie de ma réflexion. Elle est trop petite pour atteindre l’interrupteur ...

 

J'hésitais sur la réaction à avoir : « Zéph', t'as qu'à … Ha ben, non ...Lilou, non … Et puis merde ! … Lâches tout, Zeph' ! …. »

Shtung ...Shtung … Shtung … Clak !

 

J'allais remettre la lumière sous les cris de Lilou. Dix secondes après : on y retournait !

 

À la deuxième tentative, ça se passait mieux.

Au moment de vérifier le dernier chiffre, je me rendais compte que je n'avais pas mis le frein du putain de mètre de sa mère.

Shtung ...Shtung … Shtung … Clak !

 

La troisième tentative ne fût pas … En effet, je repartais de zéro, j'étirais mes bras et appelais Zéphir … Zéphir ? … Zéphir ! …. ZEPHIR !!!!... Rien …Je relâchais mon mètre .

Shtung ...Shtung … Shtung … Clak !

 

Je ressortais du box un peu tendu. Je découvrais le grand accroupi avec sa sœur, étudiant je ne sais quel animal mort …

« Ben Zéphir …

  • Ben quoi ? …

  • T'entends pas que je t'appelle ?

  • Ha … Non …

 

Il se relevait et roulait jusqu'à moi avec un sourire innocent.

C'en était trop … J'éclatais en sanglot et me décidais d'entamer une profonde dépression pour les 48 prochaines minutes – Temps qu'il me fallait pour prendre les mesures.

 

* Ex/ de dialogue …

  • ça passe …

  • Mais non ! …

  • Mais si …

  • Rhaaaaaa !!!! … Tu m’énerves ! Et puis, elle se met à pleurer en mordant le volant.

  •  

** Comme ça, elle est plus vite essoufflée … Et, elle va moins loin ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires