Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 23:57

 

Aujourd'hui, en bon père de famille, je profitais de ma journée tuée dans l'oeuf pour enjoliver la chambre de ma fille.

 

En effet, tuée dans l'oeuf, car j'avais été successivement éreinté par une grève de l'éducation nationale, une grève des tatas, un début de grosse crève chez les deux mômes, le tout arrosé par une bonne rasade de Charline à Paris.

Alors vous pensez bien, travailler dans ce contexte était une gageure.

 

Ayant fait le deuil de ce mardi, je l'abordais d'une humeur volontaire. Sur le coup des 09 heures 69, après un dej' à la graisse ostentatoire, j'entamais une réorganisation des meubles.

Je crépitais de créativité … Et vas y fait glisser ce meuble à droite …. SSSHHHHIIIIkKKK ...Ouf ! Et vas y fait glisser celui-ci par la gauche … SSSHHHHIIIIkKKK ...Ouf ! …

 

ça fusait ma bonne dame, je vous dis pas … Je conceptualisais. Je créais des microcosmes. Je reformulais les espaces … Je m'architécturais d'intérieur !

 

S'en suivais deux heures de rangement, ou les balais se tiraient la bourre avec la poubelle. Le tout sous le regard à peine solidaire de mes enfants.

 

Avant d'avoir complètement nettoyé et d'être rincé, je me décidais, dans un dernier effort, dont la dignité aurait fait pleurer gandhi, de finaliser tout ça par de la décoration.

 

J’exhumais du tréfond des cartons une vieille feuille en tissu d'Ikéa parfaite pour une ambiance naturo-féérico-fantastique.

 

Ce jour-là, je ne sais pas quel mouche m'avait piqué, toujours est-il que j'étais dans un trip fais tout bien comme il faut … Je névrosais le truc, quoi …

 

Je posais les marques sur le mur de façon visibles mais pas baveuses.

 

Afin de ne pas pourrir les murs je ne faisais pas des trous trop profonds. Je m'employais à assainir tout ça d'un index humide.

 

Je passais cinq bonnes minutes à choisir la cheville ad hoc. Puis, je l'enfonçais par petits coup de marteau secs mais pas brutaux.

 

Ma précaution sur le perçage laissait dépasser chaque cheville d'un demi centimètre. Toujours dans mon esprit de bien net, j'veux voir qu'une tête, je me dirigeais vers la cuisine pour y récupérer un couteau.

Je me devais de trouver une lame longue et flexible, afin de maximiser mon UX à la découpe.

 

De retour dans la chambre, j'ondulais mon corps autour des barreaux du lit et prenais une posture d'archéologue sur mon mur. J’apposais ma lame entre le prêtre et le micro-chirurgien.

 

Au moment ou j'effectuais mon premier coup de lame, mon corps se décidait, lui, à effectuer un spasme. Le couteau ripait et venait fendre mon pouce sur toute la longueur. Ça pissait le sang … Je pourrissais tout de rouge dans d’atroce souffrance … j’hésitais entre suicide et dépression nerveuse …

 

Pourquoi … Pourquoi ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires